Votre navigateur ne supporte pas JavaScript et vous n'avez pas accès à toutes les fonctionnalités du site.
Veuillez vérifier que JavaScript est bien activé sur votre navigateur.

Présentation

Histoire 

Le XIXème siècle est dans sa phase terminale mais il nous laisse en 1879 un "jeu de boule" sauvage dirais je qui se pratiquait, aux alentours de la capitale, dans des chemins ou des ornières crées par le passage de cabs, servant d'endroits sinueux propices aux lancés de boules en bois, je précise, en les roulant pour approcher le cochonnet. 

Ce jeu se développe dans les zones le plus souvent boisées avoisinant Paris "Bois de Vincennes" en particulier servant d'attraction aux promeneurs. Des espaces réservés loués à la capitale seront aménagés. Des pistes sont créées, les boules deviennent cloutées, des associations se forment. Un nom est donné à ce jeu : "Boule Parisienne" ou "Jeu de Berges". 

 

Merci à Monsieur Jacky CABANIS pour ce résumé historique.   

 

Matériel

La boule parisienne se pratique sur un long terrain, de 28 à 32 m de long sur 3,75 à 4 m de large (en comparaison, la pétanque fait usage d'un terrain de 6 à 10 m de long, la boule lyonnaise de 12 à 17 m). Sur sa plus grande longueur, les bords sont légèrement incurvés, de façon similaire à d'autres jeux comme la boule de fort ; ces bords sont appelés les « berges ». À chaque extrémité, le terrain s'étrécit pour former une sorte de trapèze, bordé par des planches en bois.

Chaque joueur, quelle que soit la taille de son équipe, utilise trois boules en bronze (ou alliage bronze-alluminium) de 9 à 10 cm de diamètre et pesant entre 950 et 1 150 g. Le cochonnet (ou « but ») est en acier et mesure entre 4,4 et 4,6 cm.

Règle 

Une partie de boule parisienne se joue entre deux équipes de un à quatre joueurs. Le but de chaque équipe est de placer ses boules le plus près possible du but. Les boules doivent impérativement être roulées, jamais lancées. Il est possible de faire rouler une boule directement, mais également indirectement en l'envoyant vers les bords du terrain : les bords incurvés de chaque côté font revenir les boules vers le centre.

Une manche, appelée « mène », débute par le lancer du but, qui doit s'arrêter dans une zone comprise entre le milieu et les deux-tiers du terrain. Les joueurs lancent leurs boules depuis le premier tiers du terrain ; une boule lancée doit impérativement s'arrêter à moins d'un mètre du but, sans quoi elle est définitivement retirée de la manche. À leur tour, les joueurs peuvent soit tenter de s'approcher du but (« pointage »), soit tenter de déplacer une boule ou le but (« tir »). Dans ce cas, l'objet visé doit être annoncé avant le tir.

Après le lancer du but, les équipes alternent tant qu'une boule n'est pas placée à moins d'un mètre de celui-ci. Ensuite, une équipe joue tant que l'équipe adverse possède l'avantage, c'est-à-dire qu'une de ses boules est située plus près du but que celles de son adversaire. Ce procédé se poursuit jusqu'à épuisement des boules.

À la fin de la partie, l'équipe qui possède l'avantage marque autant de points qu'elle possède de boules mieux placées. Après chaque mène, on inverse le sens de jeu sur le terrain. Une partie se joue en 15 points (21 points pour les phases finales des compétitions).